Pôle 3, épisode 1 : la menace

08h30, jeudi 23 octobre. Bruno Patino, le président de France Culture, est le premier à arriver, en compagnie de Marc Tessier, au 32 rue de Babylone. Logique, les deux hommes chapeautent le pôle 3 des Etats généraux de la presse écrite (1) qui tient ce jour sa première séance plénière. Derrière la porte gardée, un grand bâtiment, que se partagent la Direction générale de l’administration et de la fonction publique et le Secrétariat à l’Industrie et à la Consommation.

Quelques couloirs, un escalier… direction le sous-sol, où se dresse la salle de réunion. Aucun lustre particulier : une longue table de travail et des chaises pour la petite quarantaine de participants et observateurs, un vidéo projecteur. Il y fait déjà chaud.

Bruno Patino accueille les membres du groupe, sourire aux lèvres. Tout le monde n’a pas l’air de se connaître parmi les participants. Il faut dire qu’il y en a pour tous les goûts : journalistes et patrons de presse, publicitaires et consultants…

Quelques cafés et mini viennoiseries plus tard, tout le monde est là : la trentaine de membres du pôle, les deux rapporteurs de l’Elysée, trois étudiants de HEC (école elle aussi associée aux Etats Généraux), et ceux de l’école de journalisme de Sciences-Po (1).

Les participants s’installent, sans plan de table. Bruno Patino prend alors la parole, peu après 9h, pour expliquer la règle du jeu: que ces réunions soient l’occasion d’un « remue-méninges, de prospectives sans tabous ». « La teneur des débats est publique, ajoute-t-il : « vous pouvez rendre compte de ce que vous voudrez sur vos blogs». Ces droits, François Bonnet se les arroge à peine dix minutes plus tard. Le directeur éditorial de Mediapart prend la parole et stigmatise l’organisation de ces Etats Généraux, l’absence de publicité des débats, celle des blogueurs et des Sociétés des Journalistes (qui ont décliné l’invitation). D’une manière générale, le flou de la procédure.

Il propose de mettre aux votes une série de propositions adressée la veille par email aux membres du groupe et à son président (téléchargez la lettre ouverte Bonnet). La réponse de Bruno Patino n’est pas différente de celle qu’il lui a adressé la veille en retour (téléchargez la Réponse de Bruno Patino à François Bonnet) mais ne convainc pas l’ancien journaliste du Monde. A 9h30, François Bonnet quitte la salle.

L’ « incident » de séance est accueilli dans le silence. Il n’y aura pas de temps mort. Bruno Chetaille, PDG de Médiamétrie, est le premier des quatre intervenants du jour à enchaîner les « slides ». Trop vite pour le PC officiel, l’écran se fige. Après cinq minutes d’intenses discussions, le pôle numérique se résout au ctrl+alt+suppr : « si personne parmi nous ne sait dompter un ordinateur, on est mal », ironise un membre du groupe.

Après les deux premiers exposés, sur l’audience des sites et des journaux, c’est l’heure de la pause. L’assemblée se lève à l’unisson : l’heure de la cigarette ou du contrôle des mails via blackberry ou iPhone, un «gamechanger» qui fait rêver les éditeurs.

La très documentée présentation du cabinet de conseil McKinley refroidit l’atmosphère. Alors que Xavier Dordor et Bruno Chetaille avaient tenté de montrer des raisons d’y croire, Nicolas Maechler apprend aux patrons de presse que la publicité est partie sur le net, et qu’elle ne reviendra jamais. En d’autres termes, sans modernisation active, leurs journaux sont foutus: «pas de croissance égale disparition», assène le « senior partner ». Pierre Conte, président de Publiprint, réagit avec humour : « je crois qu’on va avoir besoin d’un cognac ».

Dans une ambiance déjà alourdie, l’universitaire  François Mariet convoque Julien Gracq et Jacques Lacan pour expliquer aux présents qu’ils ont mal négocié le virage du Net. La promesse d’un débat clos à 12h30 le coupe dans son élan. François Mariet sera invité à finir sa leçon sur les usages la semaine suivante, pour la deuxième réunion de ce pôle.

(1) Bruno Patino est également le président de l’école de journalisme de Sciences-Po.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s